Le bilan de la météo dans le monde   

Related

Nouvelle récompense pour l’agence Webaxis

L'agence Webaxis vient de décrocher une nouvelle récompense, marquant...

Cardiolife : le spécialiste du défibrillateur

Au sein du monde médical, certaines innovations ont le...

Share

Les effets du réchauffement climatique sont de plus en plus visibles. Les scientifiques notent déjà une grande différence entre les données climatiques habituelles et les nouvelles données. Plusieurs régions subissent déjà des dégâts dus aux changements climatiques. Zoom sur les différents phénomènes inhabituels enregistrés sur les cinq continents.

Afrique

Depuis quelques semaines, au centre du continent, les orages sont de plus en plus fréquents. À cause de ceux-ci, plusieurs ondes tropicales se forment sur l’Atlantique. Bien que les orages soient violents sur tout le continent, la Tunisie a enregistré les plus forts orages jusqu’à ce début du mois de septembre.

La région du Sidi Bouzid fut sujette à une grande tempête de sable. Cette tempête est le résultat de forts vents et d’impressionnantes chutes de grêles. Certains grêles mesuraient près de 15 cm. En outre, de nombreux orages supercellulaires ont été recensés dans l’ouest de la Tunisie.

Au sud du continent, la situation est moins inquiétante. On note une nouvelle période de froid intense. En Afrique du Sud, les températures sont plus basses. En effet, les sommets de ce pays sont couverts par la neige. Généralement, la température ambiante est estimée à 15 °, ce qui est bien inférieur aux températures fréquemment notées.

Amérique

La tempête Ida cause d’importants dégâts sur le continent. Depuis le mois d’août jusqu’à début septembre, Ida s’est déplacée de la Lousiane vers le nord-est des USA. La tempête Ida affecte tout ce qui se trouve sur son passage. Les deux premiers jours de septembre, cette tempête a atteint New York.

Les fortes pluies recensées au cours du passage d’Ida ne furent rien comparées aux orages après la rencontre avec un thalweg. À la suite de ce contact, les orages étaient plus violents. Sept tornades ont été comptées le 1er septembre. Les régions situées entre le New Jersey et la Pennsylvanie sont les plus touchées.

L’intensité de ces tornades dans cette partie des États-Unis fut surprenante. Le stade de la tornade dans la zone de Mullica Hill était estimé à EF-3. Il a causé d’importants dégâts sur son passage. À New York, douze personnes ont été emportées par ces eaux ou sont restées coincées dans les sous-sols. À New Jersey, ces intempéries ont causé la mort de 23 personnes.

Asie

En Asie, on n’observe pas de grand changement. Par contre, du côté de l’Inde, la mousson est de plus en plus active. Depuis mi-août à ce jour, l’intensité de la mousson a rapidement augmenté et s’accompagne désormais de nouvelles pluies. La pluviométrie sera plus importante au nord et à l’ouest de l’Inde.

En effet, de nombreuses stations de ce pays remarquent déjà une augmentation des précipitations. Les précipitations enregistrées sont largement supérieures à la normale. En exemple, à Tamil Nadu, Andhra Pradesh, et Telangana la pluviométrie a atteint respectivement 307,9 mm, 473,1 mm et 815,3 mm. Ces résultats sont inquiétants, vu que d’autres pluies sont attendues dans ces zones.

Europe

Depuis la fin du mois d’août et le début de celui du septembre, la météo fut désastreuse dans certaines zones de l’Europe. L’Italie et l’Espagne ont recensé plusieurs orages très violents. L’Espagne est le pays le plus touché avec des inondations locales, d’importantes rafales, et des chutes de grêles.

La journée du 1er, septembre a été cauchemardesque pour la Catalogne. Au fait, un orage stationnaire s’est abattu sur cette région d’Alcanar. La pluviométrie au cours de l’orage était de 200 mm en seulement 2 h. Aucun mort n’a été enregistré, mais les dégâts sont énormes.

Comme souligné plus haut, de forts orages ont été recensés en Italie. Depuis la côte toscane jusqu’au Golf de gêne on a noté la présence de trombes marines sous ces orages. Le nord de l’Europe jouit pour l’instant d’un temps plus ou moins calme. Des records de pression atmosphérique sont déjà recensés dans cette zone.

En Islande et au Royaume-Uni par exemple, les pressions atmosphériques ont respectivement atteint 1036 hPa et 1038 hPa. Ces valeurs n’ont jamais été enregistrées dans ces territoires. Les pays scandinaves font face à de fortes chaleurs. Les températures ont atteint 28,3 °C (proche de la plus haute température enregistrée dans la région). Il faut aussi noter que l’été fut très chaud dans cette région de l’Europe.

Océanie

L’arrivée de l’hiver est imminente dans le sud du continent. Ici, on note plusieurs similitudes entre l’été de l’hémisphère nord et l’hiver de l’Océanie. Les températures sont plus douces que ce que l’on enregistrait. En Australie, on remarque quasiment les mêmes choses.

Le pays bénéficie pour l’instant d’un hiver très doux comparativement à certaines régions. La température ambiante est plus basse. La région bénéficie de l’un des cinq hivers les plus doux. Ceci a peut-être trait aux différentes périodes de canicule recensées dans plusieurs régions. Ces records de chaleur augmentent chaque année, et risque d’être plus inquiétants dans les temps à venir.

 

spot_img