Indonésie : deux homosexuels condamnés à 83 coups de canne

Photo ©CNN

L’L’Indonésie semble décidément déterminée à mener un odieux combat contre les homosexuels. Nous apprenions en effet que 141 homosexuels avaient été arrêtés, ce mois de mai, dans les rues de Jakarta. Leur tord ? Avoir participé à une fête gay, dans un immeuble de la capitale.

Dix des personnes arrêtées pourraient être poursuivies en vertu de la loi antipornographie, ce qui aurait pour conséquence de leur coûter jusqu’à dix ans de prison. Ils sont soupçonnés par la « justice » indonésienne de s’être prostitués et d’avoir fait des strip-teases.

Ces arrestations ne sont pas un cas isolé, s’inscrivant dans le cadre de ce qui semble être une mouvance générale de répression des homosexuels en Indonésie, au mépris de tous les droits LGBT. L’association Human Rights Watch est inquiète de ce qu’elle estime être un acharnement qui ne semble pas perturber le gouvernement indonésien.

Ce dernier est même très actif, depuis quelques temps, en matière de violations des droits homosexuels : fermeture de sites LGBT, interdiction des emojis représentant le drapeau en arc-en-ciel ou représentant deux hommes se tenant la main, interdiction d’accès à certains emplois aux membres de la communauté LGBT.

Deux hommes condamnés à 83 coups de canne

Ce qui limite pour l’instant ces discriminations, c’est que l’homosexualité n’est pas pénalement condamnée en Indonésie. Une province ultra-conservatrice fait toutefois exception à cette règle : Aceh. Sur les trente-trois provinces d’Indonésie, Aceh est la seule à appliquer la stricte loi islamique – la charia.

En mars dernier, deux hommes de 20 et 23 ans ont été surpris chez eux par des voisins (apparemment miliciens pro-charia), alors qu’ils étaient au lit ensemble. Ces voisins ont alors filmé la scène avec leur téléphone portable, avant d’aller prévenir la police de la charia. Les deux hommes ont été immédiatement arrêtés et emprisonnés. Comme pour rajouter une humiliation supplémentaire, la vidéo de leur relation sexuelle a même été diffusée dans les médias locaux.

La condamnation ne s’est pas arrêtée là. Après deux mois de prison, c’est une « punition » de 83 coups de canne qui a été administrée ce mardi 23 mai aux deux hommes. La scène de torture était publique : une centaine de personnes était présente pour y assister, à la mosquée de Banda Aceh, capitale de la province. Quelques personnes dans le public filmaient.

Invoquant une violation des droits de l’Homme, Amnesty International avait demandé aux autorités d’annuler cette peine, en vain. C’est la première fois qu’une telle peine est appliquée dans cette province depuis que la loi interdisant les relations entre personnes de même sexe a été proclamée en 2015.

La sentence a commencé à 9h du matin, pour s’achever à 13h. D’autres couples ont subi au même moment un châtiment similaire, pour avoir eu des relations sexuelles hors mariage. Les bourreaux, qui administraient les coups de canne, avaient le visage masqué.

Si l’Islam est la religion majoritaire en Indonésie, la plupart des musulmans indonésiens sont en effet loin d’en pratiquer une quelconque forme radicale en dehors de cette province spécifique qu’est Aceh.

Abonnez-vous à notre mag

Entrez votre adresse e-mail ici pour recevoir une notification de nos nouvelles publications.

Publicité

Les publicités servent à financer notre site internet, notre magazine étant totalement indépendant.

Suivez-nous

Rejoignez WIDE sur Facebook et sur Twitter.