Politique hebdo • Cécile Duflot : un SMS qui en dit long sur son rapport de force avec l’exécutif

(©CHARLY TRIBALLEAU / POOL / AFP)
[:fr]

Décidément, Cécile Duflot aime jouer aux rebelles. La député écologiste n’en finit plus de dénoncer l’attitude politique du gouvernement et du chef de l’État à l’égard de sa famille politique. L’ancienne ministre n’a toujours pas digéré la manœuvre de François Hollande pour faire imploser le groupe parlementaire EELV à l’Assemblée Nationale, et réduire considérablement les chances d’une candidature verte dans le but d’assurer la présence de la Gauche au second tour dans un contexte difficile.

La « défaite » de Cécile Duflot

Les hostilités entre le Président de la République et son ancienne ministre datent du départ de cette dernière du gouvernement, à la suite de la nomination de Manuel Valls en tant que premier ministre et de désaccords chroniques de Cécile Duflot avec une politique jugée “pas assez de gauche”. Depuis lors, celle-ci n’a pas cessé d’afficher ouvertement sa défiance à l’égard de l’orientation politique de l’exécutif. Et ce, à l’image de cette déclaration prononcée par Mme Duflot le 23 mai dernier sur BFM TV :

« L’écologie libre, aujourd’hui, fait l’objet d’une tentative d’assassinat organisée de manière délibérée par le président de la République ».

De son côté, Hollande est tous sauf un mauvais stratège politique. Il a vite eu envie de mettre en échec la stratégie d’opposition de la député de Paris pour conserver le soutien du parti écologiste, en isolant Cécile Duflot et ses quelques soutiens au sein du parti EELV. La suite, nous la connaissons : F.Hollande, lors du remaniement ministériel, nomme sur proposition de Manuel Valls trois ministres écologistes dont la secrétaire nationale d’Europe-Ecologie-Les Verts, Emmanuelle Cosse, l’actuelle ministre du Logement.

Le parti politique, plus que jamais divisé, doit désormais être solidaire de la politique du gouvernement. L’OPA réalisée par François Hollande sur EELV est un succès qui se traduira même en mai dernier par la fin du groupe écologiste à l’Assemblée Nationale. Cécile Duflot ne peut que constater sa défaite en dénonçant déjà à l’époque dans les médias “une tentative d’assassinat de l’écologie libre” par le chef de l’État.

Le SMS qui tue

Cécile Duflot a choisi cette semaine d’enfoncer le clou en révélant à France Info l’existence d’un SMS.

Le 21 Janvier 2015 dernier, nous sommes à la veille des élections départementales. Cécile Duflot, fidèle à sa stratégie politique depuis son départ du gouvernement, décide de faire alliance avec le Front de Gauche contre le PS. Un proche conseiller du Président lui aurait alors envoyé un message qui a le mérite d’être clair :

« Il faut qu’on te voit d’urgence. Tu rentres dans le jeu ou on te tue [politiquement] »

En politique, une menace est rarement prononcée en l’air. Cécile Duflot n’a pourtant pas cédé. Elle paie aujourd’hui les pots cassés de d’une stratégie en adéquation, au demeurant, avec ses convictions politiques. Impuissante, elle en est désormais réduite à commenter la lente agonie de sa famille politique. Et si la révélation de ce SMS en disait finalement plus sur la situation politique difficile de Cécile Duflot plus que sur la manière de faire, certes peu élégante, de l’Elysée ?

La volonté de nuire au gouvernement et de se venger de François Hollande semble désormais guider la vie politique de la député vert. Après avoir jouer les rebelles, Cécile Duflot joue les victimes dans les médias. Mais personne n’est dupe quant à la dureté du monde politique, même pas la principale intéressée. Cette histoire nous rappelle que la politique est souvent une affaire de rapports de force.

En vue des élections présidentielles et surtout des élections législatives qui suivront, la député écologiste a déjà perdue la guerre, mais elle veut perdre avec les honneurs. En effet : une candidature verte en 2017 aura rarement été aussi peu crédible et ses chances d’être réélue députés sont minces du fait de la probable volonté du PS de lui faire concurrence pour l’écarter de l’Assemblée Nationale. A un an de ces deux échéances, Cécile Duflot n’a de toute façon plus grand chose à perdre.

[:]

Lucas Le Roux

Étudiant à Sciences Po Rennes. Président de Sciences Po Rennes TV. Modeste chroniqueur à l'Epoque et à Radio Laser.

Poster un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à notre mag

Entrez votre adresse e-mail ici pour recevoir une notification de nos nouvelles publications.

Publicité

Les publicités ne servent qu'à financer l'hébergement de notre site internet, WIDE étant réalisé par des étudiants bénévoles.

Suivez-nous

Rejoignez WIDE sur Facebook et sur Twitter.