Les réactions au harcèlement de rue : « T’as vu comment t’étais habillée ? »

Vu sur le web. C’est une vidéo de Marion Seclin, pour Mademoizelle, que nous partageons aujourd’hui avec vous. Connue pour faire de nombreuses vidéos parlant de féminisme, ou tout le moins sur la condition des femmes, « Mady » parle cette fois-ci du harcèlement de rue. Un phénomène dont l’importance est cruciale : souvenez-vous du rapport 2015 du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, qui explique que 100 % des utilisatrices de transports en commun y ont subi au moins une fois dans leur vie du harcèlement sexiste ou une agression sexuelle.

Si le phénomène ne se réduit pas, une chose fait du bien : les témoignages. Ils s’additionnent sur le web, la parole se libère. Ainsi, on peut lire sur 20 minutes :

« Je rentrais de la fac, et presque arrivée chez moi, un homme en voiture ralentit : « T’es bonne, tu voudrais pas me filer ton 06? ». Je poursuis sans même jeter un regard, il fait demi-tour, repasse dans l’autre sens, insiste, et recommence : « Allez viens j’te paye un verre ! ». »

Ou encore, toujours sur 20 minutes :

« Mi-juillet. Début de soirée. Je sors du métro. Je monte tranquillement l’escalier quand je sens une main qui tente de soulever ma robe. Je me retourne, furieuse, pour me retrouver nez à nez avec un homme qui rigole. »

La nature du harcèlement de rue, sa réalité et son caractère problématique si ce n’est traumatique, ne relève donc plus d’une thématique confidentielle. Mais la banalisation était totalement en cours d’extinction ? C’est la question que s’est posée Marion Seclin, avec cette vidéo, en faisant le choix d’un angle tout à fait pertinent : les réactions de l’entourage quand on parle de harcèlement de rue. Elle a ainsi demandé aux internautes de partager, via le hashtag #TasÉteHarceléMais, ces fameuses réactions.

La plupart des tweets relèvent de deux catégories : « ce n’est pas si grave » ; « c’est (un peu) de ta faute aussi ». Cette petite pastiche humoristique met donc le doigt sur un vrai problème. C’est l’occasion de rappeler que, non, ce n’est pas la faute de la personne harcelée, et, si si, c’est particulièrement grave de harceler quelqu’un dans la rue.

Pour plus d’informations sur la question : www.stopharcelementderue.org

Abonnez-vous à notre mag

Entrez votre adresse e-mail ici pour recevoir une notification de nos nouvelles publications.

Publicité

Les publicités ne servent qu'à financer l'hébergement de notre site internet, WIDE étant réalisé par des étudiants bénévoles.

Suivez-nous

Rejoignez WIDE sur Facebook et sur Twitter.