« Mon shérif », l’appli pour appeler au secours en cas d’agression

Cette appli permet d'appeler au secours en cas d'agression. (©Meetphone)

Le déferlement d’applications nouvelles sur smartphone a parfois un côté ridiculement inutile. Mais les choses sont différentes quand ces applis ont un rôle social, et viennent améliorer des besoins réels, comme la sécurité. C’est justement le rôle de « Mon shérif », un petit bouton connecté censé aider en cas d’agression physique ou verbale.

Un panel d’appels au secours

Une drague agressive, un vol de sac à main, un harcèlement verbal… toutes ces situations sont difficiles à prévenir, et lorsqu’elles arrivent, les agressé·e·s savent rarement comment avoir la bonne réaction. Il est souvent difficile d’avoir le réflexe de prendre son téléphone portable pour appeler un proche ou la police, et parfois le temps vient tout simplement à manquer.

« Mon shérif » se veut faciliter l’appel au secours, en prenant la forme d’un petit bouton facilement dissimulable sous les vêtements, rapidement accessible. Relié par bluetooth au smartphone, il suffit d’un appui dessus pour qu’il s’active.

Cette activation du bouton va générer différentes actions en fonction du nombre de clics et de la pression exercée dessus. Grâce à une liste préenregistrée de contacts, il est possible d’envoyer un SMS d’alerte automatique à ses proches, mais on peut également directement passer un appel à la police. L’appli est dotée d’une fonctionnalisé de géolocalisation qui, dans ce contexte, s’avère réellement utile.

Dans certaines situations, appeler un proche ou la police peut malgré tout ne pas sauver la mise immédiatement. C’est pourquoi l’application permet aussi de déclencher une alarme, permettant de faire peur aux agresseurs ou d’alerter les passants. Même l’identification des agresseurs est prévue, le bouton peut déclencher l’enregistreur vocal ou la caméra du smartphone.

Malgré cette belle promesse utilitaire, on peut douter que la personne agressée adopte facilement le réflexe d’appuyer sur le bouton, sous le choc du moment, tout en se rappelant la bonne combinaison correspondant à la fonctionnalité voulue. Mais cette « bombe lacrymogène des temps modernes » pourra peut-être s’avérer utile, et amène en tout cas à constater que les éditeurs d’applications pour smartphone cherchent de plus en plus à répondre à de vraies attentes de la part de la société.

mm

Marcus Dupont-Besnard

Reporter plurimédia, rédacteur en chef de WIDE.

Poster un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à notre mag

Entrez votre adresse e-mail ici pour recevoir une notification de nos nouvelles publications.

Publicité

Les publicités ne servent qu'à financer l'hébergement de notre site internet, WIDE étant réalisé par des étudiants bénévoles.

Suivez-nous

Rejoignez WIDE sur Facebook et sur Twitter.